Press Enter / Return to begin your search.

2 thoughts on “Histoire de la compagnie Blanche”

  1. Il y a un événement décisif dans l’histoire de Cesena : c’est le « sac des Bretons », qui eut lieu entre le 1er et le 3 février 1377 ; trois jours de sang au cours desquels des milliers de personnes ont été massacrées (on parle de plus de 4000 morts, soit environ les deux tiers, au moins, de la population). Pour effectuer le massacre, à la demande du cardinal Robert de Genève (défini comme « slaughterer caesenatum »), la Compagnie des Bretons dans son entourage ; mais à côté d’eux se trouvaient les troupes mercenaires du capitaine de fortune anglais John Hawkwood (également connu sous le nom de Giovanni Acuto, selon la version italianisée de son nom).

    Le livre « John Hackwood in Romagna (1376-1381) » signé par le jeune érudit des Marches Giorgio Godi et publié par la Romagnoli Studies Society est dédié à la figure de ce leader venu d’outre-mer et au rôle qu’il a joué dans les événements de notre maison.

    Avec ce texte, Godi reprend et approfondit le sujet de son mémoire de maîtrise en sciences historiques (obtenu à l’Université de Bologne en 2014), enrichissant son travail par l’examen de documents inédits conservés dans les collections d’archives de diverses villes italiennes, d’abord parmi tout Modène et Mantoue.

    Un chapitre important est consacré au massacre de Cesena, qui représente sans doute la page la plus noire de la carrière de Hawkwood en Italie, même si certaines sources d’information tendent à alléger ses responsabilités dans l’affaire. C’est ce que démontre un épisode – on ne sait à quel point fondé – rapporté par un chroniqueur de Ferrare, selon lequel le chef anglais, en plein massacre, aurait aidé à la fuite d’un millier de femmes de Cesena pour les sauver de la férocité des Bretons. Et peut-être même ce détail a-t-il contribué à alimenter cette réputation de mercenaire – gentleman dont Hawkwood a longtemps joui auprès de nombreux auteurs, notamment britanniques.

    1. William Caferro parle du massacre de Cesena dans son livre intitulé “John Hawkwood: An English Mercenary in Fourteenth-Century Italy”.

      Stephen Cooper a écrit tout un chapitre dédié aux atrocités perpétrées par la compagnie-blanche en Emilie-Romagne, dans son livre intitulé “Sir John Hawkwood: Chivalery and the Art of War”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *